Grenoble

Exposition "Fantin Latour - A fleur de peau" au Musée de Grenoble

 

Plus que trois petites semaines pour aller (re)découvrir l'exposition "Fantin Latour - A fleur de peau", présentée au Musée de Grenoble jusqu'au 18 Juin 2017 !

 


Cette exposition était présentée juste avant au Musée du Luxembourg à Paris, voici un petit reportage qui la présente, pour avoir un petit aperçu du contenu (la présentation grenobloise est beaucoup plus lumineuse !) :

 

Désormais sur les terres natales de l'artiste (il est né à Grenoble le 14 Janvier 1836), l'exposition propose de retracer le parcours de Henri Fantin Latour à travers les différentes périodes de sa vie, les diverses facettes de son oeuvre.

Elle s'ouvre donc sur les autoportraits et premiers portraits (ses soeurs) réalisés entre 1854 et 1873, en parallèle d'une carrière de copiste au Louvre :


 

  

 

Suite à son séjour en Angleterre, Fantin Latour se tourne vers les natures mortes, qui deviendront sa plus importante source de revenus : 



    

 

Entre 1864 et 1872, Fantin Latour réalise ses tableaux les plus célèbres, en allant à contre-courant de l'impressionnisme naissant, développant les portraits de groupes, comme "Un atelier aux Batignoles" :

 


 

Outre les natures mortes, qu'il continue de produire abondamment, Fantin Latour s'adonne à des créations plus imaginaires à la fin de sa carrière, fortement inspirées de sa passion pour la musique, notamment Hector Berlioz et Wagner. C'est d'abord une démarche personnelle, puis, son travail plaisant au biographe Adolphe Jullien, celui ci lui demandera d'illustrer ses biographies de Berlioz et Wagner !



J'avais d'ailleurs eu l'occasion de travailler sur tout le travail de Fantin Latour autour de l'oeuvre de Berlioz, que ce soit des oeuvres "hommages" à l'artiste, ou des illustrations lithographiques de ses oeuvres musicales, lors de l'exposition "Fantin Latour interprète Berlioz" présentée au Musée Hector Berlioz en 2011... c'était alors l'une de mes toutes premières visites guidées créées avec celle de la Maison Natale, que j'assure toujours, 6 ans après !

C'est donc avec plaisir que j'ai retrouvé notamment "L'anniversaire", que je vous présenterai plus en détail lors d'un prochain billet découverte : 

 




La fin de carrière de Fantin Latour est fortement marquée par les créations imaginaires, il n'exposera d'ailleurs plus que ça au Salon après 1890, avec, on le constate, un goût prononcé pour le corps féminin...


 

 

 




 

L'exposition se conclue sur une reconstitution de l'atelier de Fantin Latour, accompagnée des photos du véritable atelier de l'artiste, véritable musée : 



  

  



Ne manquez pas d'aller faire un tour ensuite dans la Tour de l'Isle, pour la dernière partie de l'exposition dédiée à la collection de photographies de nus de Fantin-Latour, pour qui il était sans doute plus simple de travailler sur photo plutôt que d'après modèles. Une cinquantaine de clichés sont proposés, mais la collection de Fantin Latour en rassemble 1400 ! 

 

 

J'espère que cette petite présentation sans prétention vous aura néanmoins donné l'envie d'aller au Musée de Grenoble (re)découvrir cette exposition... faites vite, elle sera décrochée le 18 Juin prochain !!!

Plus de photos pour vous convaincre dans mon album FACEBOOK ICI !

A très vite pour d'autres idées de sortie... ! ;-)


 

Votre guide de poche, Steve.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°38 : Le Stade Olympique, à GRENOBLE

Jo 1968 vasque et stade olympique

Dans un précédent post, je vous faisais revivre la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Grenoble de 1968, puisque nous en fêtions le 49e anniversaire.
Pour le billet découverte de ce dimanche, je reste dans l'esprit olympique : comme je vous ai déjà parlé de l'anneau de vitesse dans un précédent post, aujourd'hui zoom sur le stade olympique, qui a justement accueilli la cérémonie d'ouverture... et n'a d'ailleurs été construit que pour cela !


L'EMPLACEMENT :

Si l'anneau de vitesse ou le palais des glaces furent construits dans le centre-ville, au coeur du Parc Paul Mistral, il fut décidé de construire le Stade Olympique à l'extérieur, afin de faciliter l'accès et le stationnement des 60 000 spectateurs attendus pour la cérémonie d'ouverture. C'est donc au nord de l'ancien aerodrome Jean Mermoz (désaffecté en décembre 1967 et déplacé à Saint Etienne de Saint Geoirs) qu'on le fit construire, tout au bout de l'avenue Marcelin Berthelot. 
Voici une carte de 1968, et une autre d'aujourd'hui (merci Google Map!) pour se situer :


Grenoble - Emplacement Stade Olympique Plan 1968Grenoble Emplacement Stade Olympique Plan 2017

 

 

 

Si l'on fait un petit zoom, on se rend compte que cela correspond au début de la Galerie de l'Arlequin aujourd'hui : 

Grenoble Zoom Emplacement Stade Olympique Plan 1968Grenoble Zoom Emplacement Stade Olympique Plan 2017

 

 

En effet, il s'agissait d'une construction éphémère, elle fut détruite dès mars 1969, pour laisser place à partir de 1970 au chantier de la Villeneuve !

L'ARCHITECTURE :

Grenoble Stade Olympique Structure Métallique

Puisque le stade était destiné à disparaître dès la fin des jeux, son architecture fut bien particulière : comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, le stade fut ainsi réalisé en tubes métalliques, soit 380 kms de tubes assemblés pour obtenir un ensemble en U de 60 000 m2 ouvert sur la ville et sur l'Avenue Marcelin Berthelot (la traditionnelle "voie triomphale"). Il fallut ensuite 1800m3 de bois pour réaliser les plus de 20 000m2 de gradins, qui ont ainsi pu accueillir 60 000 spectateurs !

JO 1968 - Le Stade Olympique

S'il ne reste plus rien aujourd'hui de la structure de ce stade, en revanche, deux éléments que l'on aperçoit sur la photo ci-dessus ont été conservés : la vasque olympique, aujourd'hui au Parc Paul Mistral (sans son escalier de 96 marches cela dit !), et le mât olympique de 30m de haut, qui était autrefois à l'entrée du stade et qui a été légèrement déplacé au sud de Grand Place/Alpexpo aujourd'hui (au centre du rond point) !

Grenoble - La vasque olympique

Grenoble - Le mât olympique


Il y aurait encore beaucoup à dire sur les JO de 1968... peut être l'occasion de rédiger quelques autres billets à ce sujet ! ;-)
Le cinquantenaire approchant, de multiples animations et expositions seront proposées, je vous en reparlerai sur ce blog.

D'ici là, retrouvez les photos originales présentées ici, et plus d'infos sur les JO, sur les sites spécialisés suivants :
 
     - Le site du COLJOG (Conservatoire Observatoire Laboratoire des Jeux Olympiques de Grenoble)
     - Le site Grenoble 1968, tenu par Geoffrey AGUIARD

Bonne lecture ! 


Steve, votre guide de poche !


 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

6 Février 1968 : Cérémonie d'ouverture des Xème Jeux Olympique d'hiver à Grenoble

Le Schuss, 1ère mascotte des Jeux Olympiques !

 

Il y a 49 ans jour pour jour, le 6 Février 1968 à la même heure (16h10), s'allumait la vasque olympique des les Xème Jeux Olympiques d'hiver organisés par Grenoble ! Je vous propose de revivre cette cérémonie d'ouverture à travers quelques images et deux vidéos d'archive.


Jo 1968 vasque et stade olympique

La première : l'allumage de la flamme olympique, par Alain Calmat, patineur artistique vice-champion olympique aux Jeux précédents à Innsbruck. Lors de la montée des 96 marches de l'escalier qui permettait d'atteindre la vasque qui allait accueillir la flamme (à 16h10 précise!), un micro retransmettait au public présent sur place les battements du coeur du sportif... dans cette vidéo il ne s'agit probablement que d'un ajout mais on s'y croirait presque ! 

 

JO 1968 - Le Stade Olympique

              

Pour se localiser, ce grand stade d'inauguration de 60 000 places fut construit exclusivement pour cette cérémonie d'ouverture des JO, et démonté juste après ceux-ci, pour laisser place, dès 1972, à la grande galerie de l'Arlequin, au bout de l'Avenue Marcelin Berthelot, 1er quartier de la Villeneuve. On  situe plus facilement le stade avec cette photo prise de ses gradins, laissant se dérouler au fond le massif de la Chartreuse... apercevez-vous la Bastille !? :

 

La seconde vidéo que je souhaitais partager avec vous, nous montre le Général de Gaulle proclamant officiellement les Xe Jeux Olympiques de Grenoble ouverts (juste avant l'arrivée de la flamme, il était... 15h39 !) :

Vous l'aurez remarqué, la cérémonie était diffusée en couleurs, une innovation majeure pour les Jeux Olympiques !

Des Jeux qui vont radicalement transformer la capitale des Alpes, comme on peut le constater aujourd'hui encore en visitant la ville, mais de façon plus évidente encore avec ce sympathique reportage tourné AVANT les JO, en compagnie d'un chauffeur de taxi qui nous fait découvrir la ville en plein milieu des préparatifs... étrange de voir un Grenoble encore tout petit, finalement, avec les édifices modernes qui poussent dans la "cuvette" aujourd'hui totalement urbanisée : 


Pour les amateurs de sport, on ne peut parler des JO de Grenoble sans parler de Jean Claude Killy et ses 3 médailles d'or... revivez ses victoires, et plus largement cette grande épopée des JO de Grenoble de 1968, à travers cette petite vidéo-résumé trouvée sur le net :


     

Je reviendrai plus longuement dans de prochains articles, sur ces Jeux Olympiques de 1968 et leur impact sur la ville de Grenoble et son développement, ainsi que sur le patrimoine qui subsiste à travers la ville... un patrimoine qui sera prochainement mis à l'honneur pour les 50 ans des JO de Grenoble, en 2018 !

Vous pouvez d'ores et déjà jeter un petit coup d'oeil sur l'article concernant l'Anneau de Vitesse, au Parc Paul Mistral !


En attendant les festivités des 50 ans, petit cadeau bonus, un autre reportage en deux parties, nous expliquant toute la préparation technique pour les retransmissions des épreuves à la radio, et, bien sûr, à la télévision... bon visionnage !

 

.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "Pic et Bulle : La Montagne dans la BD" au Musée de l'Ancien Evêché

Expo

Depuis le 19 Novembre 2016, et jusqu'au 30 Avril 2017, le Musée de l'Ancien Evêché de Grenoble propose une nouvelle exposition temporaire, "Pic & Bulle. La montagne dans la BD", dédiée, vous l'aurez compris, à la bande dessinée, et plus particulièrement aux bandes dessinées s'intéressant à la montagne. France 3 a visité l'expo et vous la présente à travers un petit reportage, avec quelques mots de la conservatrice du musée, Isabelle Lazier : 

 


 




 

 

Si l'exposition propose évidemment quelques planches des incontournables Tintin, Lucky Luke et autre Astérix & Obélix durant leurs aventures à la montagne, d'autres productions plus confidentielles ou locales sont aussi présentées.
 

     




Sans oublier de revenir sur les origines de la bande dessinée, avec les premières "histoires en images" au XIXème siècle, l'exposition permet d'apprécier l'évolution des représentations de l'univers montagnard, l'évolution des dessins, des couleurs... et des variantes de la bande dessinée elle-même, avec par exemple les romans graphiques ou encore les mangaka.

 



 

Au total, ce sont plus d'une centaine de planches qui vous sont présentées ! Amateurs de dessins, et/ou de montagne, cette exposition gratuite saura donc vous séduire ! De multiples animations sont proposées autour de l'exposition (visites guidées, ateliers pour enfants, jeu-concours, projections...), vous retrouverez tout le programme sur le site internet du musée.

Et pour ceux qui aiment beaucoup la bande dessinée, je vous rappelle que le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère propose lui aussi une exposition sur le sujet, "La BD prend le maquis", jusqu'au 22 Mai 2017 ! ;-)

Belle visite à tous et à très vite pour d'autres idées de sortie ! 


 

Steve, votre guide de poche !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Exposition "La BD prend le maquis !" au Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère

 

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère a inauguré, le 3 décembre dernier, sa nouvelle exposition temporaire, "La BD prend le maquis !", qui se tiendra jusqu'au 22 Mai 2017. PROLONGATION JUSQU'AU 9 OCTOBRE 2017.

Une approche originale : la résistance, et plus particulièrement les maquis, vu par le "neuvième art", la bande dessinée... et ce dès 1944 !
L'exposition revient ainsi sur cette production particulière, 70 ans de création artistique, en présentant divers documents : des planches originales, des story-boards, des archives etc... une autre manière de s'intéresser à l'histoire, il fallait y penser !

Voici quelques photos de cette exposition, mais le mieux c'est bien sûr de la visiter par vous même, pour en apprécier le détail et la qualité des dessins, les textes des bandes dessinées, et la scénographie originale choisie pour cette exposition :

 

 

Un espace a également été aménagé avec des planches de bandes dessinées aux bulles "vierges", pour que les enfants puissent écrire leur propre histoire... !

 

 

Comme à chaque exposition, de multiples animations sont organisées autour de "La BD prend le maquis !" : soirée étudiante, lecture-ciné, ateliers enfants, table ronde, projection-débat... tout le programme sur le site du musée !

Belle visite à tous !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~