PATRIMOINE - MONUMENTS/LIEUX

Petit best-of de mes articles où je vous présente un lieu, un monument... une visite virtuelle pour vous donner envie de les découvrir "en vrai", avec ou sans moi ! :)

 

 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°63 : La Grange Dimière, à LE PIN


Aujourd'hui, j'entamais ma saison 2018 à la Grange Dimière, à Le Pin, avec une visite inédite pour présenter les lieux mais aussi et surtout pour présenter les travaux de restauration effectués cet hiver sur ce bâti monumental du XVIIème siècle, inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1987.

Grange Dîmière 2018

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore les lieux, je me suis dit qu'un petit billet découverte pourrait être sympa pour vous les faire découvrir virtuellement... et vous inciter, pourquoi pas, à venir visiter la Grange prochainement (et pourquoi pas suivre une de mes visites guidées ?! ;-) )

UNE SACREE GRANGE...

Chartreuse de la Sylve Bénite vers 1750La Grange Dimière est une ancienne dépendance du Monastère chartreux de la Sylve Bénite, situé à quelques centaines de mètres.

Eh oui, tout le monde dans la région connaît généralement le Monastère de la Grande Chartreuse, fondé en 1084 par Bruno et ses compagnons au coeur du Massif de la Chartreuse (et reconstruit plusieurs fois depuis), mais moins nombreuses sont les personnes à savoir que très vite, d'autres Chartreuses ont été, à proximité de la Maison Mère.

Ici, c'est dès 1116 que des Chartreux viennent établir un nouveau monastère, qui se développera très vite grâce aux seigneurs locaux (les Virieu, les Clermont...), mais également grâce à l'Empereur Frédéric de Barberousse, dont l'un des fils, Thierry, entra à la Sylve Bénite peu de temps après sa fondation.

Comme partout où ils s'installèrent, les Chartreux aménagèrent le territoire environnant, exploitant champs et forêts pour subvenir aux besoins de leur monastère.

Et c'est justement pour stocker leurs récoltes qu'ils firent bâtirent la Grange Dimière à proximité, ainsi que pour y rassembler les produits de la dîme, cet impôt que devaient payer autrefois les paysans au clergé (10% de leur récolte).

La Grange Dimière - 1655, la Grange est reconstruite

Bien qu'il soit indiqué 1655 au dessus du porche d'entrée, la Grange est mentionnée dès 1549. 1655 est sans doute la date de reconstruction de l'édifice, au moment même où le monastère est lui même restauré après avoir subi de lourds dommages lors des guerres de religion.

 

UNE ARCHITECTURE MONUMENTALE... PARTIELLEMENT CONSERVEE :

Si aujourd'hui la Grange Dimière offre une architecture imposante, il faut s'imaginer que l'édifice originel était encore plus grand. En effet, avant l'incendie qui le ravagea en 1906, il mesurait 35m de long, 22.5m de large et 18m de haut. Si la hauteur est toujours là, il manque une bonne moitié de la Grange, car lors de la restauration entreprise dans les années 1990's, on a fait le choix de conserver et consolider l'existant plutôt que de reconstruire artificiellement toute la partie manquante. Cela explique la présence d'un "écorché" à l'arrière (et à l'intérieur) du bâtiment.

La Grange Dimière - Vue de l'arrière, un édifice

Entièrement bâtie en galets maçonnés enduits, la Grange est couverte d'une immense toiture à forte pente, de plus de 700m2, composée d'une massive charpente de bois, et plus de 30 000 tuiles écailles... soit plus de 50 tonnes à supporter ! 

La Grange Dimière - Une architecture monumentaleLa Grange Dimière - L'architecture mise en lumière par l'artiste Blux en 2017
 

La Grange Dimière - Coup d'oeil sous la toiture

Ces dimensions hors norme et cette architecture exceptionnelle témoignent de la richesse et de la puissance de l'Ordre des Chartreux.

 

UN LIEU D'EXPOSITION D'ART CONTEMPORAIN... ET DE SPECTACLE VIVANT :

Depuis sa restauration il y a une vingtaine d'années, la Grange Dimière fait partie des équipements culturels du Pays Voironnais, et propose chaque année deux expositions d'art contemporain, dont la visite est GRATUITE. Les artistes exposés, séléctionnés par un jury, doivent toujours concevoir et proposer des oeuvres en lien avec l'histoire et/ou l'architecture particulière du lieu.

La Grange Dimière - Exposition Blux 2017

La Grange Dimière - Exposition Charles Payan 2015 La Grange Dimière - Exposition Charles Payan 2015

 

Grange Dimière - Expo Michel Gardelle - Mai-Juin 2018

Grâce à son atelier aménagé dans les anciennes étables, la Grange Dimière propose également diverses activités et stages pour apprendre à façonner la matière : ateliers céramique, raku, faïence... la programmation varie en fonction des artistes intervenants. Parallèlement à ces activités "pratiques", sont aussi organisées des rencontres artistiques : des lectures, des conférences...

A ne pas manquer : le Festival des Nuits Hors la Grange, les 1er, 2 et 3 Août, 3 soirées exceptionnelles dédiées au spéctacle vivant dans le verger de la Grange... là aussi, comme pour les expositions, c'est GRATUIT !

Et bien sûr, vous pouvez aussi suivre mes visites guidées pour découvrir en détail l'histoire de la Grange et les vestiges du Monastère de la Sylve Bénite... !

La Grange peut aussi être une simple escale/pause culturelle lors d'une rando ou d'une balade estivale en VTT autour du Lac de Paladru tout proche... bref, vous l'aurez compris, il y en a pour tous les goûts ! ;-)

Pour consulter le programme complet de la saison, n'hésitez pas à consulter le site internet de la Grange Dimière, et rejoignez sa Page Facebook pour suivre toute son actualité !

Pour ma part je vous dis à très vite... à la Grange, ou ailleurs ! ;-)

 

INFORMATIONS PRATIQUES POUR ORGANISER VOTRE VISITE :

Horaires et jours d'ouverture 2018 :

Mai / Juin / Septembre / Octobre : les weekends et jours fériés de 14h à 18h

Juillet / Août : tous les jours de 14h à 18h

Localisation :

 



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°61 : Le Domaine de Saint-Jean de Chépy, à TULLINS


Pour le billet-découverte de ce dimanche, coup de projecteur sur le Domaine de Saint-Jean de Chépy, situé dans la plaine de Tullins, en Isère.

Saint Jean de Chépy

J'ai déjà eu l'occasion de vous en parler un peu, via ma page facebook, car j'y ai guidé deux belles visites l'été dernier (non sans succès, avec près de 100 personnes pour la 2e !), dans le cadre des "Rendez-vous Patrimoine" en Pays d'Art et d'Histoire du Pays Voironnais que j'assure depuis quatre ans maintenant !

Si le Domaine ne sera pas au programme en 2018, vous pourrez néanmoins le découvrir à plusieurs occasions dans l'année, notamment ce Mardi 1er Mai, puisque chaque année le 1er Mai sont organisées les Portes Ouvertes du Domaine ! Et pour ceux qui ne pourront pas être là, suivez moi pour une petite visite virtuelle des lieux...

Une ancienne maison forte, une mystérieuse voûte céleste, d'anciens canaux industriels, un magnifique écrin de verdure et de biodiversité... et l'art contemporain dans tous ses états !

Voilà comment on pourrait "résumer" le Domaine de Saint Jean de Chépy ! Voyons cela en détails.

Saint-Jean de Chépy : une ancienne maison forte

Dès votre entrée sur le domaine en effet, vous ne pouvez manquer l'imposante bâtisse aux tours rondes et tourelles, tel un petit château-fort miniature, trônant au coeur du parc !

Tullins - Saint-Jean de Chépy

L'inventaire du patrimoine mené sur le territoire du Pays Voironnais ces deux dernières années (qui s'expose actuellement aux Caves de la Chartreuse à Voiron), a permis de remonter jusqu'au XIIIème siècle pour les premières mentions écrites de la "maison de Chépy", sans pour autant certifier qu'il s'agisse du bâti actuel, qui, par ses caractéristiques architecturales, semble plutôt être du XVIIème siècle.

Une voute céleste exceptionnelle, pour un petit Dauphinois à la vie remarquable

Sans doute l'imposante demeure actuelle est-elle le résultat d'une restructuration/reconstruction effectuées par celui qui a commandé et fait réaliser le joyau qu'elle renferme : la voute céleste de Maurice Bressieu (1546-1617)

Tullins - Saint-Jean de Chépy - Voûte céleste
(Crédit Photo : Domaine de Saint Jean de Chépy)


Maurice Bressieu est un homme qui eut une vie remarquable pour son époque. En effet, né dans la campagne dauphinoise de Tullins au milieu du XVIème siècle, dans une famille certes noble (son père était avocat au Parlement du Dauphiné), qui aurait pu prédire malgré tout qu'il côtoie les "grands" de l'époque, en devenant lecteur royal, puis orateur royal à Rome pour Henri III auprès du Pape Sixte V et intendant de la bibliothèque du Vatican ?! 
Il côtoiera également Henri IV, le Pape Clément VIII, le Duc de Nevers... pas mal pour un petit dauphinois, non ?! 

On n'a pas retrouvé pour l'instant la moindre représentation de la bouille de ce grand mathématicien et religieux, mais on sait qu'il était "caressé des grands, respecté des petits, et aymé de tous !". Mais loin de prendre la grosse tête, il n'oublia pas ses racines, puisqu'il revint sur ses terres natales tullinoises pour vivre ses vieux jours... et réaménager le domaine familial, et notamment l'exceptionnelle voûte céleste, véritable petit trésor peint au début du XVIIème siècle dans la tour Sud. 

St-Jean de Chépy - La mystérieuse voute céleste
(Crédit Photo : Domaine de Saint Jean de Chépy)


Par qui a été peinte cette voute ? Pourquoi ? A-t-elle une signification particulière ? Nul ne le sait... ce qui donne lieu aujourd'hui à de multiples interprétations, et c'est aussi ce qui fait son charme !

Un ancien site industriel

Au fil des différents propriétaires, au delà de la belle demeure, plusieurs ateliers artisanaux se succéderont sur le site (martinet, battoir à chanvre...). La présence de la Fure, toute proche, le permet, et va même inciter le développement, au XIXème siècle, de deux usines d'effilochages, sans compter d'autres sites en amont. 
Aujourd'hui, difficile de deviner ce passé industriel, mais les fins observateurs comprendront vite que les canaux qui parcourent et embellissent aujourd'hui le parc sont les derniers vestiges de ces usines : ils furent en effet aménagés pour détourner une partie des eaux de la Fure sur le domaine, pour alimenter les usines... en énergie hydraulique ! 
D'ailleurs, une turbine est toujours là... pour alimenter de nouveau le site en électricité !

Saint-Jean de Chépy - Reflets sur le canal

Un écrin de verdure, refuge de biodiversité LPO

L'ancienne maison forte, riche d'histoire vous l'aurez compris, est implantée dans un beau "sanctuaire" naturel au coeur de la plaine de Tullins. En effet, un parc de 10 hectares entoure cette belle demeure, et offre ainsi un véritable refuge aux oiseaux de la région, ou une belle escale aux oiseaux simplement de passage. Ainsi, le domaine fait parti des "refuges de biodiversité LPO" (Ligue pour la Protection des Oiseaux).

Saint Jean de Chépy - Un écrin de verdureSaint Jean de Chépy - De l'eau et de la verdure partout

Saint Jean de Chépy - La pièce d'eau

Une petite partie a été aménagée pour accueillir les structures nécessaires à l'activité actuelle du domaine (j'y reviendrai un peu plus loin), mais la plus grande partie du parc reste "à l'état sauvage" ou presque, et tout est fait pour en faire un "refuge de biodiversité", et pas seulement pour les oiseaux !

Saint Jean de Chépy - Le rucher d'entreprises

Un "rucher d'entreprise" a notamment été mis en place.
Le principe ? Des entreprises partenaires financent l'installation d'une ruche, s'engageant ainsi dans une démarche de développement durable à travers la sauvegarde des abeilles... et reçoivent en échange quelques pots de miel, à offrir à leurs employés ou leurs clients. Créé en 2014, le concept a déjà séduit 14 entreprises, permettant donc l'installation de 14 ruches dans le parc (chiffres 2017) !

Mais le Domaine de Saint-Jean de Chépy a aussi installé des petits nichoirs à chauve-souris, un hôtel à insectes... et s'engage aussi, au quotidien, par un fauchage raisonné, un désherbage manuel etc... ainsi que le développement d'un parcours pédagogique pour sensibiliser le public à ce "patrimoine naturel".

Tullins - Saint-Jean de Chépy - L'hôtel à insectes

Le Chant des Sculptures : l'art contemporain dans tous ses états, au coeur de la nature

Si la voute céleste est sans conteste le joyau "historique" du Domaine, et le parc un bel écrin naturel exceptionnel, le Chant des Sculptures est, quant à lui, sa "galerie d'art contemporain", au coeur même de ce cocon de verdure. 

Depuis 2008 en effet, est organisé chaque année un "Symposium de sculptures" par l'Association Art Chépy (créée par les propriétaires lors de la création du Domaine) : tous les étés, durant la première quinzaine d'août, des artistes viennent chacun réaliser une oeuvre d'art sur le Domaine, créant ainsi un parcours artistique dans le parc qui entoure la bâtisse historique : le Chant des Sculptures.

Ainsi, au fil des 10 symposiums déjà réalisés, ce ne sont pas moins d'une soixantaine d'oeuvres qui ont été créées, et qui embellissent désormais le parc en s'intégrant harmonieusement dans ce décor naturel. Vous avez déjà aperçu quelques unes de ces oeuvres sur les photos précédentes (peut être sans vous en rendre compte d'ailleurs !), je vous en glisse quelques autres photos ci-dessous, mais pas les 60 évidemment, il faut garder un peu de mystère... ! 

Saint-Jean de Chépy - Le chant des sculpturesSaint-Jean de Chépy - Le chant des sculpturesSaint-Jean de Chépy - Le chant des sculptures

Saint-Jean de Chépy - Le chant des sculpturesSaint-Jean de Chépy - Le chant des sculpturesSaint-Jean de Chépy - Le chant des sculptures

Saint-Jean de Chépy - 10e symposium de sculpture en 2017Saint-Jean de Chépy - 10e symposium de sculpture en 2017Saint-Jean de Chépy - 10e symposium de sculpture en 2017

Le Domaine Saint-Jean de Chépy aujourd'hui : 

Fort de ses 4 salons dans le château (30 à 60m2), mais aussi et surtout des infrastructures créées à proximité, notamment la Grange des Prés, pouvant accueillir 200 (repas assis), 250 (conférence) et même 350 personnes (cocktail), mais aussi un chapiteau (+200 pers en repas assis, ou 300 pers en cocktail), le Domaine Saint Jean de Chépy accueille aujourd'hui chaque année une centaine de séminaires en semaine, et plusieurs dizaines de mariages, baptêmes et autres événéments familiaux les weekends.

Outre ces espaces de réception, le site offre des hébergements (19 chambres dont deux dans la maison historique), une piscine, et une restauration locale... bref, un lieu idéal pour vos événements professionnels ou familiaux !

Saint Jean de Chépy - Séminaires et réceptions
Crédits photo Domaine Saint-Jean de Chépy

Une famille... et une association : Art Chépy

C'est en Janvier 2001 que le Domaine Saint Jean de Chépy reprend vie, sous l'impulsion de la famille Martinenghi, plus exactement Henri, et son fils Philippe, actuel président du Domaine. Depuis qu'ils l'ont acquis, ils ont voulu faire de ce domaine historique un lieu unique, où se conjuguent événements professionnels et privés, mais sous le sceau de la culture, de la nature et du bien être.

Saint-Jean de Chépy - Philippe et Henri Martinenghi, propriétaires et gestionnaires du Domaine

C'est pour cela qu'en parallèle de l'activité économique du Domaine, fut créé l'Association Art Chépy, pour l'animation culturelle du site tout au long de l'année (concert...), et la promotion de l'art contemporain, avec l'organisation du Symposium de Sculpture, tous les étés depuis 2006, durant lequel le public assiste à la réalisation des nouvelles oeuvres, rencontre et échange avec les artistes... qui font aujourd'hui du Domaine Saint Jean de Chépy un véritable Musée d'Art Contemporain à ciel ouvert, un lieu de contemplation où l'art s'accorde harmonieusement avec le bâti et la nature qui l'entourent !

Découvrir le Domaine

Pour ceux qui le souhaitent, en accord avec les propriétaires, nous pouvons organiser ensemble une visite guidée du domaine, en petit comité ou en groupe, selon les disponibilités des lieux évidemment ! Je serai ravi de vous faire découvrir toutes les facettes de ce domaine que j'affectionne particulièrement, vous l'aurez compris je crois !

Sinon, si vous ne voulez pas de moi (snif !), plusieurs événements vous permettent bien sûr de profiter des lieux tout au long de l'année :

     - Chaque 1er mai : les Portes Ouvertes du Domaine (Gratuit)
     - 25 Juin 2018 : Concert du groupe "Fuego de Rumba" et Feu de la Saint-Jean (15€/pers)
     - Du 30 Juillet au 10 Août 2018 : 11e Symposium de Sculpture (Gratuit)

Plus d'informations sur ces événements sur le site internet de l'Association Art Chépy qui les organise !

Infos pratiques : 

En dehors de ces événements ouverts au public, vous pouvez également visiter librement les lieux, suivant leur disponibilité, EN CONTACTANT LE DOMAINE AU PREALABLE ET AVANT TOUT DEPLACEMENT (04-76-07-22-10). Il est important de prendre contact au préalable, car le lieu peut accueillir des séminaires, des événements privés... qui vous fermeraient alors les portes du Domaine ! Merci donc de téléphoner avant, on vous donnera toutes les informations nécessaires pour organiser votre visite dans les meilleures conditions !

 

 

Voilà je crois que je n'ai rien oublié, notre petite visite virtuelle se termine donc ici...

Saint-Jean de Chépy - Chant des sculptures

... oh bah non il ne faut pas faire cette tête là ! Toutes les bonnes choses ont une fin comme on dit ! ;-)

Si cette petite visite virtuelle d'un de mes lieux préférés de la région vous a plu, je vous dis à très vite pour d'autres découvertes, virtuelles ou... sur le terrain ! 

 

Votre guide de poche, Steve

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°60 : Le Château de Montrottier, à LOVAGNY (Haute-Savoie)

Aujourd'hui, pour notre billet-découverte dominical, je vous embarque pour une visite virtuelle en Haute-Savoie, près d'Annecy, pour découvrir le magnifique Château de Montrottier !

Château de Montrottier


J'ai découvert ce château au printemps 2017, lorsqu'une agence italienne m'en demanda une visite guidée... cela ne s'est pas fait, mais mes repérages sur le site m'ont séduit, et je compte bien intégrer ce château dans mon offre de visites guidées, et pourquoi pas dans un circuit aux alentours d'Annecy ? Cela ne s'est pas fait en 2017 car j'ai eu beaucoup d'autres visites à créer, j'espère avoir le temps cette année, bien que mon planning soit déjà bien chargé et que de nombreuses nouveautés soient déjà prévues !
J'ai malgré tout pris le temps d'y retourner il y a quelques semaines, pour suivre une formation donnée par Julien Coppier, responsable des collections du château, pour commencer à peaufiner tout ça... 

Château de Montrottier - Vue des jardins


Mais trève de bavardages !
Allons-y pour une petite visite "virtuelle" de ce château construit au Moyen-Âge pour contrôler notamment le passage des Gorges du Fier, axe stratégique autrefois. Bien que transformé par la suite, notamment au XIXème siècle par sa propriétaire d'alors Mathilde de Rochette, le château a su conserver son identité médiévale, en témoignent encore la Tour dite des Religieuses (partie la plus ancienne du château, XIIIème siècle), le logis des Chevaliers du XIVème siècle et ses magnifiques plafonds à caissons (XV/XVIème), ainsi que le donjon de 35m de haut (XVème siècle, sommet restauré au XIXème siècle).

 

Chateau de Montrottier - Le donjonChateau de Montrottier - Logis des chevaliers

Chateau de Montrottier - Plafond à caissons de la salle des chevaliers

Le logis des comtes, bâti à l'ouest à la même époque que le logis des chevaliers (nord), a été largement modifié au XIXème siècle, ses galeries en bois ayant été remplacées par des galeries en calcaire et molasse dans la seconde moitié du XIXème siècle par Mathilde de Rochette, alors propriétaire, qui réalisa aussi l'entrée du château qui devait devenir une chapelle, mais visiblement l'argent manqua... ! Il faut dire qu'elle en avait déjà beaucoup investi dans la restauration des différentes parties du château, comme la Tour de Rochette, ou encore l'agrandissement et l'embellissement des terrasses... 

Chateau de Montrottier - Galeries du logis des comtes Chateau de Montrottier - Entree

Chateau de Montrottier - Tour de Rochette et terrasses ouest

Chateau de Montrottier - Terrasses sud

Ruinée par ces travaux, Mathilde de Rochette devra vendre Montrottier à la famille Frèrejean, le 13 mai 1876. Trente ans plus tard, par le jeu des héritages et successions, le château devient la propriété d'un certain Léon Marès, grand collectionneur, qui va faire de ce château son cabinet de curiosités, qu'il léguera à sa mort à l'Académie Florimontane, à condition que ses collections soient laissées en l'état, et ouvertes au public... c'est ce qui fait aujourd'hui toute l'originalité et l'authenticité des collections du Château de Montrottier : un voyage dans les "musées" d'il y a un siècle, puisque rien n'a bougé (ou presque) depuis 1916 ! Et il y en a partout, du sol au plafond... 

Chateau de Montrottier - Les collections de Léon Marès (Tour des religieuses)

Chateau de Montrottier - Collections de Léon Marès (Salle des chevaliers)

Chateau de Montrottier - Collections de Léon Marès (Logis des comtes)

Les objets sont d'origine très diverses, et ne se limitent pas à la France ou même l'Europe. Leur présentation n'obéit à aucune véritable classification scientifique, mais on peut toutefois remarquer quelques "grands ensembles" : les armes, les faïences, les objets orientaux... 

Chateau de Montrottier - Collections de Léon Marès (les armes) Chateau de Montrottier - Collections de Léon Marès (les objets orientaux)Chateau de Montrottier - Collections de Léon Marès (les faiences)

Chateau de Montrottier - Collections de Léon Marès - Jeu d'échecs chinois

Outre la richesse et la variété des collections que je ne peux résumer en quelques photos (il y a plusieurs milliers d'objets !), c'est surtout la présentation "dans son jus" de ces objets qui est exceptionnelle, car si Léon Marès fut loin d'être le seul collectionneur de la fin du XIXème/début XXème à avoir son cabinet de curiosités, c'est sans doute l'un des derniers, pour ne pas dire le dernier, à être conservé en l'état, dans sa présentation d'il y a un siècle !

Et bien que ce soit déroutant pour le visiteur au premier abord, c'était la volonté de Léon Marès que ses collections soient présentées ainsi, l'Académie Florimontane s'attache donc à préserver les salles de collections depuis le décès du collectionneur...
C'était également une de ses dernières volontés d'être enterré sur son domaine, ne vous étonnez donc pas si une sobre tombe marque le paysage du château ! 

Chateau de Montrottier - Tombe de Léon Marès



J'espère que cette visite virtuelle vous a donné envie d'aller visiter par vous-même ce bijou patrimonial haut-savoyard, il est d'ailleurs situé à moins d'un quart d'heure des Jardins Secrets dont je vous ai déjà parlé, c'est peut être donc l'occasion pour vous d'organiser une belle journée de découverte dans les environs d'Annecy ! Et si vous cherchez un guide... vous savez où me trouver ! ;-)


INFORMATIONS PRATIQUES POUR ORGANISER VOTRE VISITE : 

Jours et horaires d'ouverture : 

     - Avril, Mai, Juin et Septembre 2018 : du mercredi au dimanche de 10h à 18h (visites guidées à 11h et 15h)
     - Juillet et Août 2018 : tous les jours de 10h à 19h (visites guidées à 11h, 14h, 16h et 17h)
     - Ouvertures exceptionnelles les Lundis 30 Avril, 7 et 21 Mai 2018.

     - Tous les jeudis du 19 Juillet au 16 Août 2018, animations spéciales :
       "Les Jeudis du Donjon" (conteuse, saltimbanques, Festijeux...)

     - ATTENTION :
       Salle des armes et salle des collections orientales accessibles seulement en visite guidée.
       Salle des faïences et dentelles inaccessibles entre 12h30 et 13h30.


     

Tarifs individuels : 

     - Adultes : 8€
     - Enfants (5-15 ans) : 6€
     - Familles (2 adultes + 2 enfants : 22€
    - Réduits : 7€ (demandeurs d'emploi, étudiants, personnes handicapées et accomapgnateurs, sociétaires Crédit Agricole, Carte Cezam, ainsi que les amis et voisins de Montrottier sur présentation du ticket de caisse : Château de Ripaille et de Menthon, Golf de Montrottier, Gorges du Fier).

A savoir : 

Réceptions, mariages, séminaires... vous pouvez louer les salles du château ! Plus de renseignements ici.

Localisation : 

A très vite pour d'autres découvertes ! 


Steve, votre guide de poche !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°58 : Chott el Gharsa, le village en carton-pâte de Mos Espa dans Star Wars ! (TUNISIE)

Ce dimanche, un billet-découverte original, qui tout en nous emmenant sur le continent africain, va nous replonger dans la grande saga Star Wars ! Ou comment un décor de cinéma est devenu un site touristique au coeur du désert tunisien... et une sorte de "patrimoine cinématographique" !

Tunisie - Entrée de Mos Espa


Star Wars, inutile que je développe, tout le monde connait !
La saga créée par Georges Lucas à la fin des années 1970's, puis la Prélogie réalisée entre 1999 et 2005, sont un des plus grands succès cinématographiques au monde, à tel point que les studios holywoodiens, en panne d'inspiration ces dernières années, ont sorti R2D2 de sa retraite pour une nouvelle trilogie de films, sans compter les spin-offs... mais ce n'est pas le sujet de ce billet !

Tunisie - Mos Espa


Ce qui nous intéresse, ce sont les films originaux... et leurs lieux de tournage !
Dark Wador est le grand méchant de l'histoire dans les premiers épisodes (IV, V, et VI). La Prélogie (épisodes I, II, et III) revient elle sur les origines de ce Dark Wador, où comment le jeune Anakin Skywalker est passé du côté obscur de la Force (oups, désolé pour le spoiler !).

C'est notamment dans l'épisode I (La menace fantôme) que l'on découvre le jeune Anakin, sur la planète Tatouine (ou Tatooïne) : le nom de celle-ci est inspiré de la véritable ville de Tataouine, en Tunisie, pays où Georges Lucas trouva plusieurs lieux de tournage pour sa saga. Il faut dire que le désert tunisien était un décor naturel parfait pour représenter la désertique Tatooïne... le rocher du chameau (Ong Jamal) fut notamment le théâtre de la course de modules !

Tunisie - Le rocher du chameau (Ong Jamal), pas très loin de Mos Espa


Mais Georges Lucas dût également parfois construire de toutes pièces certains décors, ainsi le village de Mos Espa, sur TatooÏne, où vit le jeune Anakin, fut bâti en carton-pâte au coeur du désert de Chott el Gharsa, près de Tozeur.

Tunisie - Mos Espa

Tunisie - Mos Espa


Après la fin des tournages, les autorités tunisiennes auraient demandé à ce que les décors restent en place, permettant ainsi le développement d'une destination touristique quelque peu insolite.
Ainsi dans la plupart des circuits permettant de découvrir le sud de la Tunisie, une excursion en 4x4 est proposée pour aller découvrir ce site au coeur du désert.


Tunisie - Mos Espa


On se sent tout de suite plongé dans l'ambiance du film, comment oublier Jar Jar Binks laissant trainer sa longue langue sur les étals du marché... c'est ici que ça se tournait ! C'est très intéressant de voir l'envers du décor en entrant dans ces "fausses" maisons :

Tunisie - Mos Espa - L' envers du décor

Tunisie - Mos Espa - L'envers du décor

En prenant un peu de hauteur, on se rend vite compte que la plupart des maisons n'ont jamais eu de toit, ce qu'on ne devine évidemment pas dans le film :

Tunisie - Mos Espa, des maisons sans toit

Tunisie - Mos Espa, des maisons sans toit

La détérioration des décors, depuis la fin des tournages, laisse apparaitre structure et matériaux :

Tunisie - Mos Espa se détériore
 

Il faut dire que la situation géographique du site le menace, puisque comme on peut le voir sur certaines de mes photos (datant du 29 octobre 2013), une dune de sable grignote peu à peu le village, certaines maisons étant même déjà englouties par la dune :

Tunisie - Mos Espa menacée par une dune de sable en 2013

Tunisie - Mos Espa engloutie peu à peu par une dune de sable 2013

Quelques temps après mon retour en France, j'avais été ravi d'apprendre qu'un appel au don avait été lancé pour sauver le site, en déplacant la dune et en lançant des restaurations. Malheureusement, d'après les commentaires trouvés sur le net depuis, si la dune aurait bien été repoussée, la restauration des décors elle, ne semble pas avoir été réalisée. Ce "patrimoine cinématographique" continue donc de se dégrader lentement... 

Et pour cause, le site serait de moins en moins fréquenté par les touristes, comme l'ensemble du sud de la Tunisie et plus généralement l'ensemble du pays, qu'ils boudent depuis les premiers attentats déjoués du 30 octobre 2013 (quand nous y étions), et surtout ceux qui suivirent, meurtriers, en 2015.

Et c'est bien dommage !
Car malgré cette situation "instable" au moment de notre séjour, et même si l'on dût passer quelques check-point bien gardés à l'approche de la frontière algérienne notamment, à aucun moment on ne s'est senti en danger, devant l'accueil chaleureux des Tunisiens, qui étaient tout aussi désemparés devant ces actes de barbarie que nous pouvons l'être lorsque cela se déroule chez nous !
Il serait donc bien dommage de s'en tenir à la triste image souvent relayée par les médias, et de passer à côté des richesses patrimoniales et paysagères de ce pays. Si le site de Mos Espa que je viens de vous présenter ravira surtout les fans de Star Wars, bien d'autres sites, qu'ils soient naturels ou historiques, vous émerveilleront si vous donnez sa chance à ce pays qui n'attend qu'une chose : que les touristes reviennent nombreux profiter de ses charmes, faire tourner son économie... et donc, lui permettre d'entretenir et restaurer son patrimoine !

Tunisie - Mos Espa n'est qu'une des nombreuses richesses que peut offrir la Tunisie


J'aurai l'occasion de vous présenter d'autres sites tunisiens (plus "authentiques") dans de prochains billets, d'ici là, n'abusez pas trop des chocolats de Pâques ! ;-)

Steve, votre guide de poche !


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1 DIMANCHE = 1 DECOUVERTE - N°57 : Les clous des remparts romains de Cularo (GRENOBLE)

Après de gros soucis informatiques qui m'ont empêché de publier ces derniers jours, me voici de retour en ligne, pour un nouveau billet découverte !

Ce dimanche, direction Grenoble, pour (re)découvrir un étrange petit "clou" doré que l'on aperçoit ici et là au sol, quand on parcourt à pied le centre ancien... 

Grenoble - Clou rempart Cularo IIIème siècle

CULARO, c'est le premier nom de Grenoble, celui que lui ont donné ses fondateurs Gaulois, la tribu des Allobroges, qui régnaient sur toute la région, avant la conquête romaine du quart sud-est de la Gaule au IIème siècle avant J.C. 

A cette époque là, Cularo n'est qu'un simple vicus, un petit village ouvert, faisant partie de la Cité de Vienne, nom donné à l'ancienne province des Allobroges, dépendant de la ville de Vienna.

Grenoble - Cularo dans la Cité de Vienne
(Conservation du Patrimoine de l'Isère)


Mais au IIIème siècle, les choses changent pour la petite bourgade gallo-romaine : elle devient chef-lieu de Cité ! En effet, l'Empereur Dioclétien réforme son empire, et les découpages territoriaux changent, pour notamment faire face aux attaques barbares de plus en plus nombreuses. Ainsi, la Cité de Vienne est découpée en 3 Cités plus petites : celle de Vienne, réduite de 2/3, celle de Genava, au Nord-Est, et celle de Cularo, entre les deux !

C'est à cette occasion que les Romains dotèrent Cularo d'un grand rempart, à la fois pour marquer ce changement de statut, et pour protéger la ville bien sûr ! Une petite maquette permet de le visualiser au Musée de l'Ancien Evêché, dans la salle souterraine qui permet justement de voir des vestiges de ce rempart, ainsi que ceux du baptistère.

Grenoble - Maquette des remparts romains de Cularo

Malgré son importance (près d'une quarantaine de tours sur plus de 1000 mètres de longueur), une très grande partie de ce rempart romain a disparu aujourd'hui. Sur cette carte, présentée également au Musée de l'Ancien Evêché, on peut localiser précisément les quelques éléments qui témoignent encore, en ville, de la présence de ce rempart :

Grenoble - Carte des vestiges du rempart romain de Cularo

Comme vous pouvez le constater, rares sont les morceaux de remparts conservés (en noir) ! Les éléments les plus importants sont les fondations observables au Musée de l'Ancien Evêché que j'évoquais précédemment, et, en surface, un bout de tour et de mur récemment restaurés au sud, Rue Lafayette (N°6, derrière le grand immeuble blanc faisant face à l'Office de Tourisme).

Grenoble - Vestiges rempart romain Cularo Rue Lafayette

On peut également apercevoir quelques élements du côté du Jardin de Ville (N°5, sous la treille de Stendhal et dans l'immeuble à côté), ainsi qu'à la base de la tour de l'ancien Hôtel de Ville un peu plus loin... 

Partout ailleurs où le rempart a malheureusement disparu, la Ville a fait installer des espèces de "clous" dorés, au sol, pour montrer l'emplacement de celui-ci et donc, les limites de Cularo, peut être les avez-vous déjà croisés, même s'ils ont la facheuse tendance à disparaître au fil des travaux de voierie...

Grenoble - Clou rempart Cularo


Peut être aussi que les plus observateurs d'entre vous auront remarqué qu'il y a une plus ancienne version de ces "clous", ils sont moins jolis mais surtout plus discrets, et formaient deux lignes, pour vraiment visualiser l'emprise au sol du rempart qui avait une largeur d'environ 4m... ces clous-là, à ma connaissance, ne se retrouvent plus que devant la Halle Sainte-Claire, où ils cohabitent avec la version plus récente :

Grenoble - Ancien clou rempart romain de Cularo

Si vous venez me suivre en visite à Grenoble, je vous les montrerai... et je vous en raconterai bien plus sur l'histoire de la ville ! ;-)
 

Votre guide de poche, Steve

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~